le ponte Vecchio

le ponte Vecchio

13 déc. 2009

une éclaircie



Promenade d'hivers...besoin d'oxygène après une longue période de rafales et de pluie, de ciel plombé, sortir des abris et marcher à grands pas pour nettoyer les poumons et la tête, respirer pour remettre la machine en route, regarder les prunelles éblouies l'océan, entre les cils faire le point sur l'horizon, tant de clarté soudaine...Marcher sur les chemins de sable mouillé, entre les rochers jusqu'aux cabanes, rêver d'en acheter une, la plus petite, la plus éloignée de la côte, histoire de s'exiler encore un peu plus.

3 déc. 2009

Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!!!!!!!!!!!!!!




Entre deux bourrasques sur le parking du super marché du coin nous nous étions donné rendez vous pour le Mercredi suivant, à 4h à l'heure du goûter dans la toute petite maison des chats au milieu de nulle part( il faut vraiment être de part ici pour trouver le lieu...) On s'était quand même rappelé entre temps car la pluie avait effacé la moitié de nos mots...nous étions toujours partantes...il fallait juste penser à mettre des bottes aux enfants car le jardin était complètement trempé. Je suis allée acheter de belles "Pink Lady "bien juteuses et acidulées et je me suis mise à préparer la pâte à beignets. A chaque fois que je fais ce dessert je me retourne loin en arrière, lorsque j'accueillais pendant les vacances d'été les enfants du Sud Est Asiatique ( 18 par jour)!... ils raffolaient des beignets, j'en faisais des montagnes..... au moins deux fois par semaine.
Lorsque Dame Prairie est arrivée avec sa petite tribu sous la pluie battante, les beignets étaient prêts, croustillants et juste tièdes, j'ai versé l'eau frémissante dans la théière en fonte noire ramenée d'une virée à l'île d'Yeu, ajouté deux bonnes pincées de ce thé de Chine sublime, "Lapsang Souchang" ...offert par cette gentille amie et nous avons essayé de nous asseoir tranquille autour de la table... mais pour les enfants l'important c'était les chats. Tous voulaient le prendre , mais ce bébé chat n'a pas l'habitude de passer de bras en bras à une telle cadence, alors il s'est mis à miauler à la mort....!!!!...mais Edith la plus forte a su l'apaiser contre son coeur.

23 nov. 2009

Tombé du ciel


Un temps à ne vraiment pas mettre un chat dehors...

23 sept. 2009

Maulévrier, le parc Oriental


"Je gravissais un sentier de montagne en me disant: à user de son intelligence, on ne risque guère d'arrondir les angles. A naviguer sur les eaux de la sensibilité, on s'expose à se laisser emporter. A imposer sa volonté, on finit par se sentir à l'étroit. Bref, il n'est pas commode de vivre dans le monde des hommes. Lorsque le mal de vivre s'accroît, l'envie vous prend de vous installer dans un endroit paisible. Dès que vous avez compris qu'il est partout difficile de vivre, alors naît la poésie et advient la peinture. Le monde humain n'a été crée ni par les dieux ni par les démons. Après tout, ce sont des personnes ordinaires, comme vos voisins immédiats. S'il est difficile de vivre dans ce monde humain que des hommes ordinaires ont crée, il ne devrait pas subsister de pays où s'installer. Il ne reste plus qu'à se rendre dans un pays sans hommes. Or, il doit être plus dur de vivre dans le pays sans hommes que dans le monde humain. Puisqu'il est difficile de vivre dans ce monde que l'on ne peut quitter, il faut le rendre un tant soit peu confortable, afin que la vie éphémère y soit vivable, ne fût-ce qu'en ce laps de temps éphémère. C'est alors que se déclare la vocation du poête, c'est alors que se révèle la mission du peintre. Tout artiste est précieux car il apaise le monde humain et enrichit le coeur des hommes."

"Ce qui débarrasse de tout ennui ce monde, où il est difficile de vivre, et projette sous vos yeux un monde de grâce, c'est la poésie, c'est la peinture. Ou encore, c'est la musique et la sculpture. Pour être exact, il ne s'agit pas de projeter ce monde. Il suffit d'y poser son regard directement, c'est là que naît la poésie et c'est là que le chant s'élève. Même si l'idée n'est pas couchée par écrit, le son du cristal résonne dans le coeur. Même si la peinture n'est pas étalée sur la toile, l'éclat des couleurs se reflète dans le regard intèrieur."

Sôseki "Oreiller d'herbes"Traduit du japonais par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura

Rivages poche/bibliothèque étrangère

http://www.parc-oriental.com/

25 août 2009

Trentemoult



en écoutant les uns et les autres me raconter leurs découvertes de la journée, j'ai eu moi aussi l'envie d'être en vacances, quoi de plus légitime à cette période de l'année..ou tout le monde s'apprête à réataquer une nouvelle rentrée... il y a longtemps que je voulais faire une vraie balade à Trentemoult, tout près de Nantes. Presque personne hier dans ce village de pêcheurs devenus la mecque des artistes et des bobos, quelques enfants, et des chats comme dans les ruelles de Burano. Devant chaque maison personnalisées, des tables et des chaises dépareillées laissent imaginer des soirées animées jusqu'à l'aube, ça doit vraiment valoir le coût de s'y balader avec son amoureux après un bon dîner dans l'un de ces petits bistrots de fruits de mer. Sur les quais au bord du fleuve qui monte doucement au rythme de la marée ,il fait bon siroter un petit quelque chose à bulles bien calé dans un transat sur une de ces terrasses en regardant le soleil décliner en douceur.