le ponte Vecchio

le ponte Vecchio

26 juil. 2008

Mes petits hollandais

Dès le lendemain de leur arrivée ils m'ont demandé des vélos. je leur en ai trouvé deux beaux, noirs avec un siège de bébé, bien à leur taille avec lesquels ils partaient le matin , traversaient les longues routes plates bordées de champs de maïs encore verts qui mènent jusqu'à la mer, ils déjeunaient sur le port dans une espèce de guinguette qui fait salle comble midi et soir. Sur les coups de trois heures ils revenaient faire une grosse sieste dans leur "little cottage" jusqu'à cinq heures, repartaient se baigner sur les plages des environs. Le soir Brenda m'aidait à couper les cosmos fanés jusqu'au coucher du soleil, elle me tenait de longues conversations en anglais qui me donnaient un peu mal à la tête.

Avant de partir Toon s'est arrêté et il m'a dit dans un français hésitant, avec sa belle voix grave aux accents mélangés, partir.....c'est mourir un peu... Oh la la cette phrase bateau m'a émue presque aux larmes! ils étaient tellement romantiques et frais tous les deux pendant toute cette semaine, elle toute en rondeur avec son ventre de quatre mois et demie, et ses jolies petites robes violettes, lui, avec son petit garçon de deux ans un esquimau dégoulinant dans une main et l'autre dans celle de son papa. J'ai demandé à Toon de me faire trois promesses, la première, embrasser les pavés d'Amsterdam, ses canaux, ses murs de briques rouges et noires, tous les vélos accrochés le long des parapets qui bordent ces jolis ponts; la seconde, envoyer du creux de sa main un souffle de baisers en direction du flowers market ou j'allais si souvent au printemps rien que pour voir les bouquets de tulipes bien rangés dans de jolis cornets de papier imprimés , et enfin toucher la chaise de van Gogh, c'est interdit je le sais, mais il m'a promis de le faire quand même..(en faisant des recherches sur le net je découvre que le fameux tableau à déménagé du van Gohg Museum, il se trouve désormais à la National Gallery à Londres..) Après des étreintes, des bisous et de chaleureux mercis, ils ont pris la route direction la Vallée de la Loire, le jardin potager de Villandry, l'abbaye de Fontevraud, Chinon et ses jolies petites ruelles médiévales, Candes Saint Martin, Montsoreau.

Par la fenêtre

un oiseau

une branche ensoleillée

http://www.nationalgallery.org.uk/cgi-bin/WebObjects.dll/CollectionPublisher.woa/wa/work?workNumber=ng3862

http://www3.vangoghmuseum.nl/vgm/index.jsp?lang=nl

http://www.tourisme.fr/office-de-tourisme/fontevraud-l-abbaye.htm

http://www.chateauvillandry.com/

17 juil. 2008

les fleurs sauvages de la route du sud

Un silence immense flotte ce matin le long des roseaux, l'air est doux, pas de vent, un soleil timide apporte juste la bonne luminosité, je suis heureuse de constater que mes hôtes
ont compris le message, qu'ils ne se sont pas trompés d'adresse. Ils me disent apprécier "l'espace et le silence à perte de vue"...ils en ont besoin plus que personne: Médecin urgentiste, Pompier urgentiste, Professeurs des écoles...se ressourcer... ce mot revient souvent..

15 juil. 2008

en attendant le bateau



il y a des heures et des heures d'attente pour embarquer pour l'île, c'est le moment ou les petites boutiques saisonnières sont envahies par des mini touristes qui tirent sur la manche de leurs parents "oh s'il te plait papaaaaaa je le veux ce petit bateau à voile pour mettre dans ma chambre sur mon étagère quand on sera rentré à la maison, !!!oh mamaaaaan c'est trop beau j'en veux une petite boule sous la neige avec un petit poisson à l'intérieur!!!"



Les parents ne disent rien. Eux aussi ils auraient bien envie de s'en payer des petits souvenirs comme quand ils allaient au bord de la mer avec leurs parents, mais on achetait rien, quand on avait payé le prix de la location, il y avait juste de quoi s'acheter une sucette molle sur le port c'était tout, d'ailleurs ils n'osaient rien demander, ils connaissaient trop la réponse.
ils choisissaient quelques cartes postales pour les grands parents et les rares amis,
parfois une boite de craies de couleurs qu'ils grattaient avec un coquillage pour décorer des gâteaux en sable mouillé, tout en regardant changer la couleur de l'eau" elle monte ou elle descend?" et puis il y avait ces petites boules de neige.... qui les fascinent encore aujourd'hui...