le ponte Vecchio

le ponte Vecchio

25 janv. 2011

les tulipes de Catherine Cyber




Chaque année à cette période, j'offre un bouquet de tulipes régulières et bien élevées dans un joli vase transparent à la fée qui veille sur le cyber centre de M. c'est un peu pour la remercier de tous les services qu'elle apporte à tous ceux qui sont en panne technique! ils, elles viennent de tous les environs, petits et grands, étudiants, retraités, ceux et celles qui sortent de leur tanière, retranchés en pleine nature, beaucoup d'habitués, puis il y a les nouveaux étonnés d'être si bien reçus. Après deux semaines sur le bureau d'accueil, ces jolies demoiselles se lâchent complètement! leurs corolles changent "d'expression", leurs pétales deviennent plus transparents et subtils, s'étalent, s'étirent en direction de la lumière, s'alanguissent avec volupté par l'effet de la chaleur dégagée des ordinateurs. Certaines prennent la forme de lotus de nymphéas de seringat, les étamines dressées vers les néons! C'est un vrai ballet auquel les tiges et les feuilles participent. Peut être que demain, lorsque j'irai demander un conseil (HTLM ! ?) la petite troupe se sera envolée et j'aurais bizarrement, le sentiment d'un vide passager.

9 janv. 2011

Un Dimanche inespéré




Ce qui m'a frappé en arrivant sur la plage ce matin c'est l'odeur de la mer retirée, ce parfum d'iode incomparable qu'aucun parfumeur ne pourra jamais réaliser, et puis ce ciel bleu inespéré...c'est lui qui m'avait décidé à aller marcher pour respirer cette paix qu'apporte le large.

un cadeau ce soleil, éblouissant jusqu'au moindre grain de sable piqué de paillettes lumineuses. les coquillages installés au creux de jolies petites flaques transparentes oubliées par la mer, les algues rouges tellement brillantes et tendres que je me suis amusée à les goûter humm.. un peu salées mais vraiment croquantes.



Plus proche du rivage, des arabesques dessinées sur le sable humide, me rappelle l'intérieur des livres anciens reliés par les maîtres Vénitiens, des arbres enchantés, des forêts presque inqiétantes aussi...c'est peut être le petit brin d'algues rouges que j'ai croqué qui me donnent des hallucinations..


des bulles de mousses irisées flottent sur la légère agitation du bord de l'eau, c'est un enchantement toute cette fraîcheur.

La mer commençait à remonter, après deux bonnes heures de marche j'ai refais le chemin à l'envers, j'ai traversé la forêt domaniale par les chemins de sables bordés d'aiguilles et de pommes de pins maritimes, par là aussi ça sentait très bon , de loin le bruit des vagues accompagnait les pas feutrés des rares promeneurs. J'ai atterri devant la maison de la dune et de la forêt du Pays de Monts situé à une vingtaine de kilomètres de la maison, en me disant que la Vendée avait une grande et belle diversité de paysages.